Randonnées pédestres en Corse

Accueil > Patrimoine > Patrimoine et conservation > Les arbres dans la toponymie

Les arbres dans la toponymie

lundi 21 novembre 2016

La toponymie est le reflet d’une histoire riche en apports successifs qui ont chacun contribué à lui donner un aspect très varié suivant la région considérée.

La consultation d’un cadastre, d’une carte, ou même d’un panneau indicateur place le randonneur en présence de nombreux noms de lieux dont la signification lui échappe, et dont peut être même il ne soupçonne pas qu’ils puissent en avoir une...

Or souvent un toponyme permet d’identifier très précisément un détail géographique localisé. Il n’a pas été attribué par l’homme de façon arbitraire, mais dans un souci de description du paysage et d’évocation des activités que les habitants y exerçaient.

Ainsi à La Cadière on extrayait l’huile de cade à partir du genévrier cade.
Sur le cadastre de nombreux lieux portent la dénomination cadenière, lieu où les cades étaient taillés.
En Corse, l’Aria cache une zone de battage du blé car les vents étésiens soufflant avec régularité sur ce promontoire emportaient la paille que les fourches soulevaient ...
Boca Albitrina indique qu’en ce lieu les arbousiers poussaient en abondance.

L’utilisation d’un mot renseigne parfois au delà du mot. Le mot aulne par exemple renseigne ainsi aussi la nature du sol...
Le latin alnus est généralement considéré comme ayant laissé son nom à l’aune ou aulne d’où les noms aunaie, aulnaie. Cette arbre hygrophile a valu aux emplacements humides qu’il occupe les noms de Aulnay, Aulnois, Lannoy, Launoy...
Un autre nom de l’aulne utilisé en vieux français et encore dans de nombreux patois est verne ou vergne, dit guern en bas breton. Un mot issu du gaulois vernos (gallo-romain verna) subsiste dans de nombreux lieux dits : Ver, Vern, Verne, Vernais, Verneuil, Vernoil, Vers, Le Vernet, La Verne, La Vergne... et même sous des formes typiquement bretonnes comme Guer, Guern, Guernué..


L’IGN, dans la rubrique enseignement, a mis en ligne le glossaire des noms de lieux et termes dialectaux, établi par André Pégorier, Sylvie Lejeune et Elisabeth Calvarin. C’est une source d’information intéressante.