Randonnées pédestres en Corse

Accueil > Sentiers marins 3 > Golfe de Ventilegne

Golfe de Ventilegne

lundi 20 avril 2015

Avant le goulet des Bouches de Bonifacio, Ventilegne est le dernier golfe qui indente la côte sud. Le Cap di Feno le ferme au sud.

Son rivage nord, au delà de la Pointe de Ventilegne, tout comme le promontoire de Campo Mezzano, offrent plusieurs plages et criques de sable à l’abri des vents dominants.

Voir la carte
Parcours aller retour : compter 4h30

Deux parkings, celui de Terrori et celui de Campo Mezzano, aménagés par le Conservatoire sont à disposition au pied du Monte Scupetu.
L’accès au sud du massif de la Testa s’effectue par une piste de près de 3 kms. Elle débute 500m après l’embranchement de Figari. Trois parkings ont été aménagés. Le premier est celui de Terrori.

Pour accéder au parking de Campo Mezzano, il faut poursuivre vers le sud 1,3 km de plus à partir de l’accès à la piste sud de A Testa. 2 kms d’une piste assez bosselée, plus propice à un 4x4 qu’à tout autre véhicule, mènent à Testarella.
Grâce aux crédits européens la piste a été refaite, plusieurs passages ont été bétonnés, et les parkings remodelés (constat fait en déc 2017). Le chemin du littoral permet l’accès à l’îlot de l’étang de Pisciu Cane, tableau de toute beauté, mêlant sérénité, reflets, couleurs, silence et battements d’ailes d’échassiers....Une composition parfaite avec un pont de bois incurvé, tout en poésie, parmi les ajoncs, les salicornes, les nuages, les algues mouvantes, l’immensité bleue... un véritable jardin japonais....

Comme nombre d’autres sites du littoral insulaire, cette côte a connu un grand projet de développement touristique dans les années 1970.Mais une forte mobilisation citoyenne et politique a finalement eu raison de cette tentative de privatisation du bord de mer. Et ce n’est que bien des années plus tard, que le Conservatoire du Littoral put faire l’acquisition de ces parcelles.

Le sentier du littoral longe les étangs de Pisciu Cane et de Testarella qu’alimentent des ruisseaux temporaires. Des étangs abrités au fond de vallons, derrière des cordons de sable, que repoussent en permanence la houle et le vent dominant.
Coupés de la mer, ils sont autant de refuges pour la faune, la flore. C’est là que le photographe vient piéger les roseaux dans la dune et les bancs de sable, avec sur les eaux des reflets métalliques. Chardon, bleu, euphorbe des dunes, silène soyeux bordent le sentier ainsi qu’une endémique, composée naine : Evax rotudata, une cyrno sarde protégée.

Au nord, la chaîne de l’Uomo di Cagna ferme le paysage. Au sud le soleil découpe les crêtes dentelées du Mont de la Trinité. Le randonneur découvre là un paysage nu, entier, brûlant ou glacial selon la saison, mais qui ne laisse jamais indifférent. Sauvage.

L’été, le randonneur ignore trop souvent ces richesses, captivé par le manège endiablé que se livrent sur le spot qu’offre la baie de Ventilegne , les voiles colorées des kite surfeurs : sauts, voltiges, figures, éclaboussures font le spectacle....

Le sentier rejoint la route au niveau de pont et se poursuit en rive sud en direction de La Tonnara, un abri côtier hors du temps, débordé par de nombreux îlots où jadis une madrague était calée. Ce rempart naturel bloque la houle et l’ empêche de pénétrer dans la crique.

PNG - 534.5 ko

Acquisitions du Conservatoire du Littoral à Ventilegne
Source : Conservatoire 2014

Portfolio

  • Plages coté anse de Chevanu
  • Signalisation du Conservatoire : Accès à Terrori
  • Piste d'accès au parking de Terrori
  • Golfe de Ventilegne
  • Aménagement des parkings par le Conservatoire
  • Sur le sentier du littoral
  • Couleurs et transparences
  • Criques de sable
  • Le golfe de Ventilegne, une mer fermée
  • Porte d'accès à Campo Mezzano
  • Piste d'accès à Campo Mezzano
  • Etang de Pisciu Cane
  • Golfe de Ventilegne
  • Golfe de Ventilegne
  • Golfe de Ventilegne
  • Golfe de Ventilegne
  • Golfe de Ventilegne
  • Coucher de soleil sur le Golfe de Ventilegne
  • Cala di Stagnolu, golfe de Ventilègne

Messages

  • L’accès à la lagune comme aux différentes criques de Porticciu ou de Pasciucana a été grandement amélioré. Les pistes sont accessibles à toutes sortes de véhicules, les raidillons, sensibles à l’érosion ont été bétonnés, comme l’aménagement des thalwegs pour que le ruissellement des eaux de pluie. ne creuse pas des fossés infranchissables.
    Les crédits européens ont été efficaces. Et bien orientés.
    Merci au Conservatoire du littoral.
    On peut déplorer l’absence de sentier botanique pour présenter la vingtaine de plantes qui font le maquis sur le littoral, comme on peut regretter, pour le randonneur, l’absence de grandes poubelles en bordure de la route de Bonifacio, poubelles bien accrochées pour que les sangliers ou les vents ne les mettent pas à terre.
    Mais globalement bravo pour les aménagements (parkings, murets, sentiers....) mis en place.